Les Dudka: pilotes de génération en génération.

par Isa More
dans Profils de pilotes

Cela faisait longtemps que j'avais envie de faire une entrevue sur Sergio Dudka, ce pilote si charismatique et si passionné par notre sport qu'on ne peut pas passer à côté. En plus, avoir un argentin comme membre à la FMSQ, c'est assez inhabituel! Puis, cette année, j'ai remarqué qu'il fallait rajouter des nouveaux joueurs d'importance dans la filière du clan hispanophone: un Dudka Junior (Pablo, fils de Sergio) et un Dudka Junior du Junior (Malik, fils de Pablo, vous me suivez toujours?). En fait, la cerise sur le sundae, c'est quand les trois générations sont montées sur leur podium à Mont-Laurier en juin dernier, chacun dans sa catégorie! Trois Dudka qui performent méchamment en une seule fin de semaine! Je n'avais plus aucune excuse de ne pas la faire cette entrevue.  Il a suffit qu'un ami du cartel de Buenos Aires, Jean-Marc Proulx, me laisse un message pour me dire:  'Hey, pssst, tu as vu?  Trois Dudka sur les podiums en fin de semaine! C'est fort!'.  Tu as eu raison Jean-Marc de m'avoir fait un rappel, il était temps et les voilà! Para rendir homenaje a una mentalitad latina muy special en la FMSQ y que tenemos la suerte de tener'', voici les trois générations de Dudka en entrevue:

24291523_10156952858528345_1893629643094305220_o.jpg

1-Expliquez-nous comment l’endurocross est rentré dans votre vie?

Malik: Parce que papa en fait, donc j'ai trouvé ça cool!
Pablo: Depuis que je suis tout petit, mon père fait de l'endurocross. Mais c'est à l'âge de 16 ans que j'ai acheté ma première moto et c'est là que j'ai vraiment commencé à avoir la piqûre! Avant, je faisais seulement de la trail de style Hard Enduro. Et maintenant, c'est ma troisième année que je participe aux courses de la FMSQ!
Sergio: Autour de 1981, nous habitions avec Maria, mon épouse, dans une ferme avicole appartenant à ma famille, proche de ma ville natale Buenos Aires, en Argentine. Et là, j’ai eu l’idée de m’acheter une YZ 250. Six mois plus tard, je participais à ma première course d’endurocross, à laquelle, à la surprise de tous, et surtout à la mienne, j’ai fini en deuxième place…Ça y est, j'ai eu la piqûre à vie! Maria était enceinte de 8 mois de Pablo et elle était à mes côtés cette journée là… Ça doit venir de là pour Pablo (rires)!

DUDKA.jpg

2-La chose la plus positive que vous ressentez après une course?

Malik: Je me sens content parce que je l'ai terminée.
Pablo: Il y a toujours le sentiment de fierté après avoir terminé une course et si tu as donné ton 100%, c'est génial!
Sergio: Dans mon cas, la chose la plus positive, ne se produit pas après une course, c'est déjà présent quand nous préparons notre stock pour aller aux courses, quand on revoit nos amis, quand on se taquine sur la ligne de départ, quand on se raconte nos prouesses, nos choix de lignes ou nos chutes catastrophiques de la course qu’on vient de finir, et, quand on se dit à la prochaine. J’ai eu la chance de pratiquer ce sport aux deux extrémités du globe et dans les deux cas, c’est une activité que nous a permis de nous faire d'excellents amis dans une très belle ambiance familiale.

DUDKA5.jpg

3-La chose la plus difficile de ce sport?

Malik: De relever ma moto et de la repartir!
Pablo: Ce que je trouve le plus difficile c'est quand tu est totalement épuisé mais que tu dois puiser au plus profond de toi pour aller chercher un de tes adversaires ou soit il est juste derrière toi et qu'il te talonne et te met de la pression mais que tu es vidé...
Sergio: Pour moi… retenir le nom de tout ce monde que j’ai connu! Quand on me dit: ‘‘Hey salut Sergio…ça va?’’, je ne me rappelle presque jamais de leurs noms. Quelle honte! J'ai toujours eu ce problème. À part ça, après avoir dû apprendre le français… Il n’y a rien de difficile!

34484518_10216420193607133_5394708721706205184_n.jpg

4-Si l’un de vous trois vous disait un matin: «J’arrête le bike»! Que lui diriez-vous?

Malik: ''Ho non, je ne pourrais plus m'entraîner!''.
Pablo: ''Hein?!?! Tu arrêtes quoi ?!?! Arrête de dire n'importe quoi! Enweille, on va faire une ride (rires)!''.
Sergio: ''Hey toi…Tant et si longtemps que ta femme ou ta blonde ne te l’interdit pas, tu n’as pas le droit, OK? C’est ton père (ou ton papi) qui te le dit, OK?''.

14444667_551186085071647_789116751199427175_o.jpg

5-Le plus gros bobo que vous vous êtes fait dans ce sport?

Malik: Un bleu sur le 'chest' quand je suis passé par-dessus le 'steering'.
Pablo: Je me suis cassé les deux clavicules. J'ai des plaques avec des vis, une année l'une et l'autre année, l'autre! Le plus dur, c'était de devoir attendre un mois pour pouvoir recommencer à rouler!
Sergio: Je déteste les jumps! J'ai eu la clavicule cassée à SRA et recassée à Rockland, parce que je ne voulais pas qu’Antonello (Callimaci/FMSQ 40+) me rattrape dans le championnat. Je déteste les jumps et je déteste les Italiens de plus de 6 pieds (rires).

20368733_1736728576357202_4543205712812294649_o.jpg

6-Êtes-vous plus enduro ou endurocross?

Malik: C'est quoi ça enduro ou endurocross???
Pablo: Je n'ai pas encore vraiment participé à une course d'enduro… Mais j'adore le concept des endurocross, pouvoir faire le plus de tours possibles dans un temps alloué; ce qui te permet d'essayer différentes lignes, tour après tour. Le terrain évolue avec le temps, ça ajoute une difficulté qui est égale pour tout le monde...
Sergio: J’ai la chance d’aimer autant une discipline que l’autre. L’endurocross te donne ce rush d’adrénaline, qui demeure sans arrêt durant la durée de la course. Et l’enduro, cela te donne la satisfaction d’avoir vaincu tous les obstacles et les défis qu’on peut trouver dans son parcours.

35475074_10157578183668345_5532561151679791104_n.jpg

7-Parlons de vos machines et pourquoi avoir choisi ces motos-là?

Malik: J'ai un KTM 50cc 2T parce qu'avant papa avait un KTM.
Pablo: Je roule un Beta 250RR 2018, une superbe machine! J'ai toujours roulé avec des motos 2 temps parce que j'aime leur légèreté et j'aime la simplicité de ces moteurs. Et j'adore l'odeur du 2T et le 'WING TING TING TING'!
Sergio: J’ai une KTM albinos: une Husqvarna TE 250. J’adore le fait qu’elle a les suspensions de la KTM XC, mais avec les accessoires et le confort de la XCW et plus. Et dans mon cas aussi: '2T siempre, o muerte' (traduction: 2T toujours, ou la mort).

DUDKA3.jpg

8-Votre deuxième passion est…?

Malik: Travailler dans le garage avec papa.
Pablo: Le camping avec les amis et la famille. Avant c'était le skateboard et le snowboard mais je n'en fais plus comme avant...
Sergio: Voyager, prendre le volant et conduire peu importe la destination...

13240131_1189854231045740_6287255899970077057_n.jpg

9-La plus belle chose vécue en motocross?

Malik: Faire ma première course.
Pablo: Lorsque Malik a fait sa première course, un gros sentiment de fierté et d'émotions!
Sergio: Mon premier voyage de course avec Pablo au mois de mars passé, pour participer à notre premier GNCC en Floride. Et. moi aussi, la première course de Malik (je suis papi, moi j’ai le droit au plaisir en double).

19642666_1713045042058889_2844224361090205062_n.jpg

10-Le plus gros défi vécu en motocross?

Malik: Quand les quatre-roues ont démoli la course à Mansonville!
Pablo: Mansonville cette année (rires)! Le terrain glissant, les montées, les pilotes pris un peu partout… Très difficile à cause de la chaleur et de l'humidité! Mais quand même, j'ai adoré cette course!
Sergio: Une course dans la cordillère des Andes au sud de l’Argentine en 1984: 4 000 km pour l’aller-retour dans une mini van japonaise Daihatsu deux cylindres de 600cc, avec Maria, Pablo à deux ans et la moto pinée dans la boule parce que je n’avais pas de remorque. Le départ de la course, ça se faisait à peu près au moins 3 000 pieds au niveau de la mer et on montait jusqu’ou il n’y a pas de végétation, à au moins 10 ou 12 000 pieds, et là on descendait et on recommençait ça trois fois. À la fin de la course, tu ne voulais plus courser pour un tit bout!!!

577464_310883669050144_243731233_n.jpg

11-Le mot de la fin?

Malik:
J'aime la moto.

Pablo: J'espère pouvoir faire du motocross jusqu'à mes 80 ans… Et peu importe si vous faites du motocross, de l'endurocross ou de l'enduro... Du moment que vous faites du dirtbike,"you rock"! Je veux aussi remercier mon premier commanditaire ma 'darling' (Marie-Hélène Jacob). C'est toute une chance d'avoir une femme qui aime le motocross, qui vous aide et qui vous appuie pour toutes les courses. Et je remercie mon propre commanditaire 'SP SOLUTION INC. SÉCURITÉ DES MACHINES'.
Sergio: 80 ans??... Checke moi aller avec le cartel argentin! Et Pablo… tu as tout compris. Merci Maria pour toutes ces années et celles à venir!

24291875_10156952858243345_1691758543325830449_o.jpg

*Crédit photos: Allyson Lebel, Isa More et la Familia Dudka, muchas gracias.